Aller au contenu principal

LAIT
Profiter de la hausse, mais pas à n'importe quel prix

"Si la pénurie de lait permet une embellie des marchés laitiers, il ne faut pas céder à l'euphorie", tempèrent Hervé Moël et Patrick Cherdel, responsables FDSEA/JA de la section laitière.

Les responsables JA/FDSEA, Patrick Cherdel et Hervé Moël, appellent les producteurs de lait à la prudence. "Produire plus : oui, mais pas à n'importe quel prix", ont-ils rappelé.
Les responsables JA/FDSEA, Patrick Cherdel et Hervé Moël, appellent les producteurs de lait à la prudence. "Produire plus : oui, mais pas à n'importe quel prix", ont-ils rappelé.
© Terra
Afin de répondre à la demande du marché (1), l'ensemble des producteurs pourront produire un minimum de 10% au delà de leur référence laitière sans risque de pénalités, et ce, à titre exceptionnel pour la campagne 2007-2008. Pour les petits producteurs de lait, à moins de 140 000 litres, s'ajoute une rallonge de 7 000 litres.
Le rapport offre/demande s'étant inversé,
les augmentations se succèdent :
+ 15 e/1000 litres au 3e trimestre ; + 58 e au 4e trimestre, même si le système national de fixation des prix, en place depuis trois ans, freine la réactivité à la hausse comme à la baisse. "Ce qui est sûr , indiquent, rassurants, Hervé Moël et Patrick Cherdel, la tendance ne devrait pas s'inverser dans les mois qui viennent et la hausse de prix pourrait se maintenir au moins au premier semestre 2008".

Réfléchir son coût de production
Certes, si les producteurs de lait sont capables de réagir, les efforts ne doivent pas être réalisés à n'importe quel prix, estiment les responsables. "Que ce soit l'achat de fourrages, de vaches en lait ou de génisses, attention aux investissements déraisonnés", lancent-ils. Tout d'abord, la France n'a pas le cheptel nécessaire pour produire le lait. Avec 8% de génisses en moins, le prix des génisses flambe. Ensuite, la pénurie de fourrages, dans certaines régions, amplifie le risque d'envolée des coûts de production. Les responsables estiment qu'il vaut mieux garder l'ensilage de maïs pour les animaux productifs et trouver des solutions alternatives pour les animaux allaitants, les génisses et les vaches taries, à travers l'ensilage d'herbe et les mélanges céréaliers. Enfin, le prix de base du lait sur l'année civile est encore loin du prix du lait de 2001, à 285 e contre 310 e/1000 litres. D'autant que les trésoreries, depuis 3-4 ans, sont fragilisées, et par les aléas de la conjoncture, et par les coûts des mises aux normes. "Restons les pieds sur terre", prévient Hervé Moël, "car ces mesures exceptionnelles de fin de campagne ne préjugent pas de la prochaine campagne 2008/2009. La situation actuelle ne sera peut-être pas durable. Evitons d'emballer la machine, même si les conditions sont réunies pour donner un peu d'air aux producteurs".
L'embellie n'occulte pas, pour autant, les autres problèmes sur lesquels travaille le syndicat : le paiement des grammes différentiels et la dévalorisation de la matière grasse ; le dossier "calamités agricoles", conséquence des pertes de maïs fourrage ; le renouvellement des générations ou encore la fièvre catarrhale ovine.
(1) Le quota national, fin septembre, était en recul de 200 000 tonnes par rapport à 2006.
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité