Aller au contenu principal

Salariée d'élevage, Elise aime son indépendance

Après une licence pro management de l'entreprise agricole (MEA), Élise Gouray, salariée en élevage sur le secteur de Plémy en Côtes d'Armor, travaille sur des missions courtes, proposant ses services aux agriculteurs en manque de main d'œuvre. Explications.

Elise Gouray.

Le travail ne manque pas, le bouche à oreille fonctionne et les missions s'enchaînent ! Élise Gouray, jeune salariée de 24 ans enchaînant les missions autour de chez elle, signe des contrats courts avec des producteurs laitiers qui ont besoin de ses services ponctuellement. Et du travail, il y en a et dans un périmètre proche de chez elle de plus ! Mature pour son âge, ce bout de femme aime travailler en autonomie sur des missions courtes. Pour le moment.

 

Une vocation est née

"Mes parents n'étaient pas agriculteurs mais mes grands-parents, oui". Plus jeune, elle se rendait avec son père chez les voisins pour participer aux moissons et aux travaux d'ensilage. "La maison était entourée d'exploitations", décrit-elle. Elle travaille un été chez un oncle aviculteur et aussi en maraîchage. La nature et les animaux : le virus était pris.

Mais si Élise Gouray entre en lycée agricole, c'est grâce, aussi, à son professeur de mathématiques de seconde, qui lui parle de la filière STAV car aucun des bacs - S, EL ou L - ne l'attirent. À l'époque, elle ne connaît pas les filières techniques. "Au collège, il fallait suivre des formations générales. En fait, le bac STAV est un bon compromis car il y a quand même un tronçon commun et il est toujours possible de repartir sur autre chose". Elle rejoint alors le lycée La Ville Davy à Quessoy en classe de 1re et terminale STAV.

L'immersion totale permet de savoir si tu es prêt à travailler en élevage

 

Du bac STAV à la licence

Après le bac STAV, elle enchaîne sur le BTS Acse. "Les chiffres m'attiraient. Nous avons réalisé beaucoup d'études de projets : nous allions sur les exploitations afin de trouver une solution, faire un plan d'investissement qu'il s'agisse d'un problème de main d'œuvre, d'une conversion en bio...".

Son stage de BTS, elle le réalise dans un élevage laitier à Bréhand. Elle essuie 17 refus avant de trouver enfin un maître de stage. "Trouver un stage est plus difficile pour une femme", remarque-t-elle. Chez l'éleveur (50 vaches, 50 ha) qui l'accueille deux années durant, elle apprend le métier. "J'ai tout appris", raconte-t-elle. Une chance. Une fois le BTS Acse en poche, elle décide alors de poursuivre ses études en licence professionnelle MEA à l'Université de Bretagne Sud. "Là j'étais vraiment salariée à travailler tous les jours dans un élevage lait et porc à Penguily avec deux associés et cinq salariés dont moi, en contrat de professionnalisation. Les 15 semaines de cours traitaient de thématiques professionnelles comme le droit social, les ressources humaines, les démarches administratives dont le plan de fumure... C'était dans la continuité du BTS Acse". Grâce à cette expérience, Élise prend la mesure du "métier d'exploitant". "Là, j'ai pu voir le métier. L'immersion totale permet de savoir si tu es prêt à travailler en élevage. Après, tu te fais ton jugement". Une fois l'année écoulée, elle décide d'intégrer le monde du travail mais s'accorde avant une petite pause de six semaines où elle voyage à travers le Chili. Or, de retour, à peine défait-elle ses valises, qu'elle est embauchée au poste d'animatrice par Jeunes agriculteurs des Côtes d'Armor où elle exercera sa mission pendant 18 mois avant de retrouver le plancher des vaches. "L'élevage me manquait, j'avais besoin de mettre les mains dans la terre !".

 

Libre de choisir

Salarié en congé, mariage, pointe de travail, congé maternité..., elle intervient sur des missions plutôt courtes de préférence (via des Tesa), uniquement par le bouche à oreille et dans un périmètre réduit, toujours à proximité de son domicile. "Les exploitants sont débordés de travail et ils ont du mal à trouver de la main d'œuvre. Pour l'instant, je fais des remplacements. Ainsi, je reste maître de mon agenda et du lieu, c'est une forme de liberté que j'apprécie", déclare-t-elle. Et d'ajouter : "J'aurais même du travail pour une autre personne !".

Dans le futur, elle garde pour projet de s'installer mais "dans des conditions précises". Cumulant les expériences, elle voit ceux qui travaillent du matin au soir sans lever le pied année après année. "Je veux avoir du temps pour faire autre chose et ne pas me dégoûter du travail", dit-elle avec sagesse.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Rapport sur le suicide d’agriculteurs : les premières pistes
Après six mois de mission, le député Olivier Damaisin s’apprête à rendre au Premier ministre son rapport sur le suicide et le mal…
Tags en exploitation : jusqu’où iront-ils, s’interroge la FDSEA 29
En fin de semaine dernière, plusieurs tags ont été découverts sur deux exploitations agricoles de Plonévez-Porzay, dont celle de…
Publicité