Aller au contenu principal

Seremor-Solutis-Emploi, une culture d’entreprise

153 ETP en 2019, c’est l’effectif de salariés de l’association Seremor-Solutis-Emploi, acteur du remplacement et de l’emploi partagé dans les exploitations morbihannaises. Dans cette association, mise en place par la profession agricole, il est aussi question de culture d’entreprise. On la cultive pour mieux répondre aux attentes de la profession.

Autour du nouveau directeur, Xavier Raffray arrivé en fin d’année, a été également recrutée une chargée de communication à temps partagé avec l’Anefa, Mégane Le Prado,

La réponse collective mise en place par la profession agricole dans le Morbihan, dès 1991, pour permettre le remplacement des agriculteurs en cas d’accident-maladie-maternité-congés… a permis de satisfaire un besoin de près de 140 000 heures de remplacement et 85 000 heurs d’emplois partagés entre plusieurs fermes.

Analyse fine des besoins

Une activité "globalement stable pour Seremor, et une croissance régulière annuelle de 7 à 8 % de Solutis-Emploi, ce besoin monte nettement depuis trois à quatre ans", cadre Xavier Raffray, qui vient de prendre les rênes de la structure. Une évolution à corréler notamment à l’augmentation des capacités de production laitière liée à la fin des quotas. "Les gens qui, historiquement répondaient à leurs besoins ponctuels lors des vacances ou de périodes de pointe par Seremor, passent maintenant à l’emploi à tiers-temps ou mi-temps d’un salarié avec Solutis-Emploi. Car ils voient aussi l’avantage d’avoir toujours le même intervenant", justifie-t-il. Ce transfert permet de libérer de l’activité sur le Seremor, une souplesse offerte par ce système de vases communicants entre les deux structures. Et un travail de fond, bien éloigné de la seule gestion de plannings. "Le travail des responsables de secteurs est d’apporter des réponses en main-d’œuvre, bien sûr, mais c’est avant tout pourvoir diagnostiquer le besoin, quantifier la masse de travail mais aussi le type de travail et le profil qui pourra y répondre le mieux. Il s’agit de conseiller et d’orienter aussi. Une bonne analyse du besoin permet de construire dans la durée". Pas d’improvisation en la matière, "cela se travaille et se construit", appuie celui qui a commencé durant ses études comme remplaçant au Seremor.

Une équipe et son esprit

Reste aujourd’hui une équipe de 153 équivalents temps plein entre les deux structures. "Une belle équipe qui vit, évolue, bouge", pour Xavier Raffray. "Seremor-Solutis-Emploi, ne se résume pas à "j’appelle pour avoir un salarié !", derrière, il y a toute une culture d’entreprise pour accueillir, fidéliser, faire monter en compétence, répondre aux besoins d’évolution, former", souligne-t-il. Car la concurrence est forte et le manque de main-d’œuvre générale… alors, nul doute que "les salariés font partie d’une équipe". Un plus pour conforter leur choix pour cette activité. Outre les réunions qui rassemblent deux fois par an l’ensemble des salariés autour de la vie de l’entreprise, c’est aussi une politique d’intégration de nouveaux profils. "

Tutorat

Des publics souvent éloignés du milieu agricole, "mais qui sont une chance pour lui. On passe plus de temps à les rendre opérationnels mais ils sont souvent très ouverts en matière de savoir-faire. A nous aussi de faire en sorte que cela perdure". Et si certains s’installent un jour ? "Pourquoi pas", affirme sans détour le directeur de Seremor-Solutis-Emploi, "car raccrocher ces profils à l’agriculture, c’est une solution au renouvellement des générations et en terme d’image pour l’agriculture, c’est essentiel", appuie-t-il, mais pas que... "ce sont aussi par leurs parcours des gens qui témoignent d’autres milieux professionnels où tout n’est pas rose, avec aussi des astreintes et des conditions parfois difficiles. En agriculture, on est capable d’offrir des postes avec nos contraintes mais on n’a pas à rougir par rapport à ce qui se fait ailleurs".

Esprit d’entreprise encore que celui de l’accompagnement des plus expérimentés au profit de ceux qui le sont moins, via "le tutorat, cela permet aussi aux nouveaux profils de découvrir et de décrypter et comprendre plus rapidement les codes de la profession", précieux pour faciliter l’intégration dans cette entreprise qui a vu aussi son équipe administrative évoluer l’an dernier.

Claire Le Clève

Équipe renouvelée

Autour du nouveau directeur, Xavier Raffray arrivé en fin d’année, a été également recrutée une chargée de communication à temps partagé avec l’Anefa, Mégane Le Prado, une nouvelle assistante de direction, Sylvie Garraud, et pour Solutis-Emploi, Marylène Thomas, responsable du secteur sud du Morbihan et Anna Aubert, pour le secteur nord.

 

Repères

153 salariés ETP dont 101 pour le Seremor et 52 pour Solutis-Emploi

139 000 heures de remplacement à 65 % pour l’accident-maladie, 15 % pour les vacances, 10 % la maternité et 10 % autres dont mandats.

85 000 heures en emplois partagés.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Rapport sur le suicide d’agriculteurs : les premières pistes
Après six mois de mission, le député Olivier Damaisin s’apprête à rendre au Premier ministre son rapport sur le suicide et le mal…
Tags en exploitation : jusqu’où iront-ils, s’interroge la FDSEA 29
En fin de semaine dernière, plusieurs tags ont été découverts sur deux exploitations agricoles de Plonévez-Porzay, dont celle de…
Publicité