Aller au contenu principal
Font Size

Une progression fulgurante des ventes

Les éleveurs de "La Ferme de sous la ville" font aussi de la vente directe dans leur magasin de producteurs, installé à l'entrée de l'exploitation. La crise sanitaire a accéléré leur développement, en doublant les ventes de viande. Ils ont choisi d'embaucher deux saisonniers pour répondre à la demande.

Jean-Jacques Mottais, Pierre-Jean Mellin et leur salarié de La Ferme de Sous la Ville.

"Nous avons doublé nos volumes de viande en vente directe dès la première semaine de confinement", explique Jean-Jacques Mottais, éleveur à Lantic (22) et co-propriétaire du magasin fermier "Ferme de sous la ville", basé sur l'exploitation. S'il est difficile de se réjouir au vu du contexte, "la situation sanitaire nous a donné un bon coup de pouce pour nous développer et une nouvelle visibilité à notre magasin", reconnaît l'agriculteur.

 

Prendre sur ses stocks

Pour répondre à cette forte demande, le Gaec décide de "taper dans nos stocks de viande sur pied". Ainsi, ils passent d'une demi-vache par semaine à une entière et de 5 à 10 cochons abattus. Pour le porc, il font également appel à un voisin, élevant ses porcs sur paille, pour avoir le même type de produit que celui de la ferme, afin de préserver leur stock pour les semaines à venir.

 

Du bouche à oreille

Les nouveaux clients sont nombreux, venus par bouche à oreille principalement. "Nous avons vu venir beaucoup de familles et de retraités. Tous venaient chercher de la viande fraîche. Les beaux jours ont déclenché des achats de viande à griller". L'agriculteur entend dans les allées du magasin, marquées au sol, distanciation sociale oblige, que beaucoup de ses nouveaux clients avaient déjà entendu parler de la boutique, sans sauter le pas. La peur de la contamination dans les grandes surfaces aura permis la découverte du petit magasin de Lantic.

 

Un pari sur l'avenir

Afin de faire face au surcroit de travail, l'organisation de la ferme et du magasin ont été modifiées. "Ma femme, qui travaille habituellement pour l'exploitation, est venue en renfort au magasin, et nous avons embauché deux CDD, un pour le magasin et un autre sur la ferme". Jusqu'ici, la Ferme de sous la ville a conservé plus de la moitié de ses nouveaux clients et espère que cela va perdurer. "Nous avons entendu beaucoup de retours positifs sur nos produits et la saison estivale approche. On espère donc avoir du travail pour tout le monde dans les mois à venir !", explique Jean-Jacques Mottais.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Crédits carbone : les premiers contrats sont signés
Fin 2019, la Commission européenne donnait son feu vert au régime d'aide proposé par la France pour le paiement de services…
Le plan de relance de l'apprentissage peut profiter au monde agricole
Le 4 juin, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a annoncé un plan de relance de l'apprentissage, avec notamment une prime à l…
Trop de porcs : l'État demande à la filière de s'organiser
Mardi 2 juin, un plan de filière porcin a été discuté en préfecture de Région pour tenter de résoudre le problème de fluidité des…
Les agricultures bretonnes en 2040 se dessinent aujourd'hui
Quels visages auront les agricultures bretonnes à l'horizon 2040 ? Désireux de se saisir des enjeux, de se projeter et de s'…
Tensions autour  de la PAC
L'Allemagne a pris la présidence du conseil des Ministres depuis le 1er juillet. Elle se fixe pour principale tâche de finaliser…
GAEC Cabri'Hyaule - Eleveurs de chèvres laitières : En bio, produire du lait avec des fourrages de qualité
Des bovins lait en conventionnel aux chèvres bio, la ferme a beaucoup changé depuis 2016. Aujourd’hui, nous sommes trois, le père…
Publicité