Aller au contenu principal

L'efficacité en toute simplicité

Françoise Faucheux à Campénéac (Morbihan).

En bio depuis 2001, je me suis retrouvée seule sur l’atelier lait en 2014. Je voulais un système de production limitant la main-d’œuvre : peu de tracteur, peu de mécanisation. Avec une surface accessible aux vaches laitières de 41 ha, j’ai continué de valoriser au maximum le pâturage. aucun stock fourrager n’est distribué pendant 5 à 9 mois, en fonction des années. L'aménagement parcellaire facilite la conduite du pâturage et mon travail au quotidien.

De mi-décembre à mi-février, les vaches laitières sont au bâtiment. Elles reçoivent une ration majoritairement constituée d’enrubannage avec un peu de foin. Avec 60 % des vêlages d’août à octobre, le troupeau est complémenté en hiver en moyenne à 2 kg par jour de mélanges céréaliers issus de l’exploitation. Les vaches produisent alors 18 kg de lait par jour et plus de 6 200 litres par an.

Je réalise régulièrement dans l’année un bilan fourrager. Deux périodes sont essentielles pour moi. À la sortie de l’hiver, lorsque mes vaches ont une ration 100 % pâturage, cela me permet de faire un état des lieux des stocks restants. Et à l’automne, lorsque tous mes stocks fourragers de l’année ont été récoltés. À cette date et avec une estimation de 140 tonnes de matière sèche totale pour les besoins de mon troupeau, je vérifie si je dois acheter du fourrage ou vendre par anticipation des réformes. Ces deux dernières années, j’ai dû distribuer des stocks plus tôt dans la saison. Avec 27 % de stocks de sécurité en 2019, je vois qu’il est nécessaire d’augmenter ma surface fourragère au détriment des mélanges céréaliers. Je vais également revoir mon taux de renouvellement à la baisse : je pense élever 10 génisses par an plutôt que 12 comme les années précédentes.

Il y a sans doute encore des marges de progrès, mais aujourd’hui mon système répond à mes attentes. Le coût alimentaire troupeau de 55 €/1 000 l traduit l’efficacité économique de l’exploitation.

 

Produire du  lait bio  en hiver

L'exploitation

- 43 ha de SAU

- + 30 ha de prêt (déprimage et pâturage après foin)

- 89 % de la SAU en herbe

- 0 % de maïs dans la SFP

- 275 000 l de lait vendus

- 6200 l/VL/an

 

Produire du  lait bio  en hiver
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Rapport sur le suicide d’agriculteurs : les premières pistes
Après six mois de mission, le député Olivier Damaisin s’apprête à rendre au Premier ministre son rapport sur le suicide et le mal…
Tags en exploitation : jusqu’où iront-ils, s’interroge la FDSEA 29
En fin de semaine dernière, plusieurs tags ont été découverts sur deux exploitations agricoles de Plonévez-Porzay, dont celle de…
Publicité