Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

"On ne regrette pas d’avoir installé des cases liberté"

D’avril à décembre 2018, la chambre d’agriculture de Bretagne a enquêté cinq éleveurs récemment équipés de cases de maternité liberté. De leurs motivations à l'évaluation de la case, voici le retour des échanges !

De 1998 à 2017 deux modèles de cases liberté ont été testés à Guernevez. Actuellement la station de Crécom s'équipe !

Ce travail a permis de comprendre les choix faits par ces éleveurs, de décrire les équipements et les nouvelles pratiques mises en place pour conduire les truies. Les éleveurs ont aussi d’évalué leur case sur 26 critères relatifs à l’aménagement, aux conditions de travail, au bien-être des animaux et aux performances techniques.

 

Pourquoi les éleveurs interrogés ont-ils fait le choix de la liberté en maternité ?

En fait, les cinq élevages avaient des bâtiments de maternité vieillissants, à revoir. Au début de leur réflexion, quatre des cinq éleveurs envisageaient de construire ou de rénover leur bâtiment avec cases bloquées. Les raisons qui ont finalement poussé les éleveurs à faire le choix de la liberté sont souvent multiples : crainte d’une évolution réglementaire, volonté d’améliorer le bien-être de leurs animaux et plus encore le risque de ne pas pouvoir commercialiser leurs porcs si l’opinion publique ne voulait plus de truies bloquées. Pour un éleveur, le choix a d’abord été technique, l’objectif était d’avoir des cases plus grandes adaptées à l’augmentation de la taille des portées. Pour deux éleveurs, le travail au quotidien a aussi orienté leur choix. L’un pour l’arrêt du raclage des déjections lorsque la truie est libre, l’autre considérait que les cases liberté étaient synonymes d’une certaine qualité de travail, à l’image des truies gestantes en groupe.

 

Quelle perception du projet par l'entourage ?

Au début des réflexions, le projet des éleveurs d’installer des cases de maternité a parfois été accueilli avec scepticisme, à la fois par d’autres éleveurs mais aussi par certains techniciens et équipementiers. C’est principalement le cas pour les réflexions les plus anciennes. Après la remise en cause des poules en cages et le Space 2017, où pour la première fois plusieurs modèles de case liberté étaient présentés, les éleveurs ont relevé une amélioration des regards sur cet équipement et leur projet.

 

Maternité porcine

Quelle conduite des truies libres ?

Les maternités liberté ayant été mises en place dans ces élevages entre 2017 et 2018, la conduite du troupeau n’est pas encore finalisée, les éleveurs pourront la faire évoluer en fonction du comportement des truies et des performances en maternité. A la date de réalisation des enquêtes, la durée de contention des truies était différente dans les cinq élevages. Les truies étaient libres à l’entrée en maternité, puis suivant les élevages, elles étaient bloquées entre 2 à 5 jours avant la mise-bas. La libération avait lieu entre 5 à 15 jours après la mise-bas, une fois les soins aux porcelets réalisés. Le moment de libération dépendait principalement de l’état corporel des porcelets et du comportement de la truie. Dans un des élevages, les truies qui écrasaient plus de deux porcelets après la libération étaient de nouveau bloquées.

 

Évaluation de la case par les éleveurs

Les cinq éleveurs ont noté leur case sur 26 critères différents avec une note variant de 0 (très mauvaise) à 3 (très bonne). Ils sont globalement satisfaits par leur modèle de case auquel ils attribuent tous une note 2 sur le critère "1- Evaluation globale". Pour chaque éleveur, entre un et cinq critères sont jugés mauvais (note 1). Les principales critiques concernent l’augmentation du temps de lavage et l’accessibilité limitée aux porcelets après libération de la truie. Un éleveur attribue la note 0 sur le critère "12- Surveillance du nid" en lien avec un sens d’ouverture du capot inadapté. Les éleveurs proposent quelques améliorations à leurs équipements notamment une augmentation de surface pour les cases de moins de 5,80 m². D’autres regrettent l’absence de trappes d’évacuation des déjections et de systèmes anti-écrasements, enfin certains jugent insuffisant l’espace prévu pour l’augette à porcelets.

 

Maternité porcine

Si c’était à refaire ?

Aucun éleveur ne regrette l’installation de cases liberté. Ils sont globalement satisfaits par leur modèle de case même si aucune case n’est jugée "bonne" ou "très bonne" sur l’ensemble des critères évalués. Sans présenter de résultats chiffrés, ils considèrent leurs performances techniques bonnes ou très bonnes et espèrent à terme une valorisation financière des porcs issus de truies libres en maternité. Depuis l’enquête, certains éleveurs ont pu faire valoir leur maternité liberté dans le cahier des charges d’un abatteur-distributeur et ainsi mieux valoriser leur production.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Lettre aux agriculteurs et agricultrices de Bretagne

Madame, Monsieur,

Comme le reste du monde, la Bretagne est confrontée à la pandémie due au coronavirus Covid-19. Dans…

Thierry Coué
Thierry Coué, Président de la FRSEA de Bretagne : "Chaque agriculteur doit prendre conscience du besoin de se protéger, et de protéger son exploitation"
Depuis le début de la crise du coronavirus, le monde agricole semblait en retrait, presque observateur. Les comportements ont…
Jérémy Labbé, nouveau président de JA22
Le 11 mars dernier s’est tenu le conseil d’administration électif des Jeunes agriculteurs des Côtes d’Armor. Dorénavant c'est un…
Germain et Laura Evo, jeunes aviculteurs, engagés aussi
Du comité organisateur de la prochaine fête de l’agriculture, à Grand-Champ, Germain Evo 32 ans, en est, Jeune Agriculteur aussi…
Eureden s’adapte et s'organise pour assurer ses services

La crise COVID-19 impacte profondément notre filière porcine et les équipes Eureden sont entièrement mobilisées pour…

Publicité