Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

À Quimper, le Sistrot redonne au cidre ses lettres de noblesse

Si le concept de bar à thème fait fureur en Amérique du Nord, il reste encore bien timide de ce côté de l’Atlantique. Qu’importe ! L’idée d’un bar à cidre lui vient au Québec, où il travaille dans la restauration depuis des années. Mais c’est à Quimper, sa terre natale, et en plein cœur de l’AOP Cornouaille, qu’Erwan Gire veut l’ouvrir. Et depuis 2016, il a eu le temps d’être copié...

Situé sur les bords de l’Odet, en plein centre ville de Quimper, le Sistrot affiche fièrement les couleurs : ici, la pomme est à l’honneur !

Au Sistrot, sur les bords de l’Odet, les couleurs sont fièrement affichées dès la rue, avec deux énormes pommes en bois : ici, c’est le cidre qui est à l’honneur. Ou plutôt les cidres, car ils ne sont pas moins de 36 à la carte. "On est montés jusqu’à 58, mais ils ne tournaient pas suffisamment", se souvient Erwan Gire, le patron des lieux.

 

Le monde de la boisson

Un bar à thème

Petit retour en arrière : au Québec depuis des années, Erwan et son frère souhaitent revenir en Bretagne et sont à la recherche d’une idée. "Et pourquoi pas un bar à thème", leur lance l’un de leurs amis. S’ils sont légion outre Atlantique, ils sont encore peu connus en France. "Et on s’est décidés pour le cidre". Ils prennent leur bâton de pèlerin et sillonnent la Bretagne, où ils découvrent une incroyable diversité de produits, de l’extra brut au moelleux. Et, aidés de Mark Gléonec, le président du Cidref, ils établissent leur carte.

"On a même proposé du cidre allemand ou italien. Mais on se concentre désormais sur les produits français". Avec une exception pour un cidre de glace qu’ils ont découvert lors de leur séjour au Canada. "Une fois les pommes pressées, les fûts sont laissés dehors pendant les grands froids. Le jus va naturellement se concentrer, l’eau se transformant en glaçon à la base du fût". Riche en sucre, la boisson titre 12° d’alcool et n’est pas effervescente. "Elle se sert en apéritif ou en digestif et est extraordinaire en bouche, s’enthousiasme Erwan Gire. Nos clients en redemandent".

Pour chaque plat, nous leur proposons le cidre le plus adapté.

 

Le monde de la boisson

À chaque plat son cidre

Bar à cidre, le Sistrot est également un restaurant, midi et soir. "Et les gens peuvent se laisser guider : pour chaque plat, nous leur proposons le cidre le plus adapté". L’occasion de faire de belles découvertes ! "Les gens ont souvent "leur" cidre et n’en bougent pas, constate Erwan Gire. Aux alentours de Quimper, c’est le Cornouaille". Nombreux au bord de l’Odet, les touristes qui franchissent la porte du Sistrot ne connaissent bien souvent du cidre que sa version industrielle. Aux uns comme aux autres, le bar à cidre permet de tester de beaux produits artisanaux. "Avec du poisson ou un dessert au chocolat… : à condition de bien le choisir, on peut servir du cidre avec n’importe quel plat". Une boisson qui, au Sistrot, se déguste toujours dans un verre. "Ainsi, les gens ont le réflexe, comme pour le vin, d’admirer d’abord la couleur et les bulles, puis de sentir les arômes avant de le déguster".

 

Le cidre, boisson à la mode

"Même si la France reste un pays de vignerons", Erwan Gire note un engouement pour le cidre ces derniers temps, avec l’arrivée sur le marché de produits très marketés, au visuel soigné. "C’est une boisson peu calorique et trois fois moins alcoolisée que le vin". Du côté des producteurs, aussi, les choses changent. "Ils se sont spécialisés, ont travaillé le verger, la technique, le marketing… Des jeunes s’installent, ce qui crée une émulation. Et la qualité n’arrête pas de monter". Des produits "très haut de gamme, ciselés comme un vin", ont fait leur apparition mais peinent encore à être valorisés à leur juste prix. Ainsi, au Sistrot, les tarifs s’échelonnent de 9 à 24 € la bouteille. "Certains consommateurs trouvent ça très cher pour du cidre. Mais on est encore loin des prix pratiqués au restaurant pour du bon vin".

 

Le monde de la boisson

Copié

Si le Sistrot a vite trouvé son nom, contraction de sist, cidre en breton, et bistrot, il propose aussi une petite carte de poiré, cette autre boisson artisanale bretonne et normande, élaborée cette fois à partir de poires. "Mais les volumes sont nettement moindres : on n’a plus les vergers nécessaires". Pourtant, proposé en apéritif ou au dessert, il rencontre un beau succès !

Depuis l’ouverture du Sistrot, en juin 2016, d’autres bars à cidre ont vu le jour, à Paris, en Belgique... "Mais si mes informations sont exactes, nous sommes les seuls à ne pas proposer de crêpes avec le cidre", précise Erwan Gire. Un parti-pris assumé. "Des crêperies, il y en a déjà des dizaines à Quimper…".

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Thierry Coué
Thierry Coué, Président de la FRSEA de Bretagne : "Chaque agriculteur doit prendre conscience du besoin de se protéger, et de protéger son exploitation"
Depuis le début de la crise du coronavirus, le monde agricole semblait en retrait, presque observateur. Les comportements ont…
Lettre aux agriculteurs et agricultrices de Bretagne

Madame, Monsieur,

Comme le reste du monde, la Bretagne est confrontée à la pandémie due au coronavirus Covid-19. Dans…

Jérémy Labbé, nouveau président de JA22
Le 11 mars dernier s’est tenu le conseil d’administration électif des Jeunes agriculteurs des Côtes d’Armor. Dorénavant c'est un…
Germain et Laura Evo, jeunes aviculteurs, engagés aussi
Du comité organisateur de la prochaine fête de l’agriculture, à Grand-Champ, Germain Evo 32 ans, en est, Jeune Agriculteur aussi…
Eureden s’adapte et s'organise pour assurer ses services

La crise COVID-19 impacte profondément notre filière porcine et les équipes Eureden sont entièrement mobilisées pour…

Publicité