Aller au contenu principal

Lait : Frémissement sur le marché français

La conjoncture 2019 est favorable pour les éleveurs : progression du prix du lait, revenus qui s’améliorent... Ce bilan résulte de l’augmentation des prix des produits laitiers sur le marché français et du dynamisme des marchés mondiaux. Si 2020 s’ouvre sous des auspices positifs, les menaces s’accumulent. En particulier, le coronavirus pourrait pénaliser la demande… et tout le fonctionnement de la filière, de la collecte à la transformation.  

22 000 e/UTA, c’est le résultat courant avant impôts des éleveurs laitiers bretons spécialisés en 2018

Lait

Le prix du lait payé aux éleveurs bretons progresse en 2019 pour la 4e année consécutive, après son point bas atteint en 2016 lors de la crise des marchés laitiers. Il s’établit à 357 €/1 000 litres, en hausse de 4,7 % par rapport à 2018 et 20 € au-dessus de la moyenne décennale.
Le résultat disponible par UTH enregistre en 2019 une progression annuelle de 12 % au sein des élevages bretons du réseau Inosys. Cette augmentation résulte d’une hausse du prix du lait et des volumes livrés ainsi que d’une bonne maîtrise des charges. Cependant, les résultats économiques présentent d’importantes disparités entre élevages. Même dans le cadre d’une conjoncture globalement favorable, de nombreux élevages peinent à dégager un revenu satisfaisant.

 

5,4 milliards, c'est le nombre de litres de lait livrés à l’industrie en 2019 dans la région

Lait

La collecte de 2019 se situe, ex aequo avec 2017, à son niveau le plus élevé en dix ans. Elle progresse de 1 % par rapport à l’an dernier. Cette augmentation tient essentiellement au dynamisme du 1er semestre, soutenu par une production herbagère abondante.
La croissance de la collecte s’explique par une progression de productivité des vaches laitières. Après deux été secs et chauds, face à un manque de fourrage, de nombreux éleveurs ont réduit leur cheptel et privilégié les animaux les plus productifs. En comparaison à 2018, les effectifs de vaches sont en légère baisse début 2019. Le recul s’amplifie au fil de l’année : en janvier 2020, le cheptel s’est érodé de 1,6 % par rapport à janvier 2018.

 

Actualités de la filière

À retenir de 2019

Les tarifs en magasin ont augmenté pour le beurre, la crème, l’emmental et les laits de consommation, produits soumis à une forte concurrence et pour lesquels l’industrie bretonne réalise une part importante des fabrications nationales. En parallèle, la pression tarifaire s’est renforcée sur les produits sous Marques de distributeur (MDD). L’impact global sur les marges des transformateurs est difficilement appréciable. Ils ont été en mesure de revaloriser le prix payé aux éleveurs bretons à hauteur d’une douzaine d’euros, une hausse qui tient aussi à l’amélioration des cours mondiaux. 2019 a vu se poursuivre l’organisation des producteurs en Bretagne avec la création d’une nouvelle OP, l’APLBA. Elle regroupe des éleveurs qui livrent du lait à la coopérative Laïta sans en être adhérents.

Les enjeux de la filière pour 2020 et les années suivantes

Un tiers des éleveurs laitiers bretons spécialisés sont âgés de plus de 55 ans d’après la MSA. Faire face au renouvellement des générations constitue un enjeu majeur pour la première région laitière de France.
La poursuite de l’adaptation de la production laitière bretonne aux attentes sociétales, au travers des démarches de segmentation ou du plan interprofessionnel France Terre de Lait, reste également un sujet de fond. La croissance de la production laitière bio bretonne notamment devrait se poursuivre en 2020. Dans quelle mesure la consommation continuera d’absorber l’offre et comment les industriels feront face aux variations saisonnières des volumes de production seront des points de vigilance.

Les relations entre les acteurs de la filière seront aussi au cœur des préoccupations :
- D’après les premiers échos, les négociations commerciales 2020 ont permis à plusieurs transformateurs présents en Bretagne d’obtenir de nouvelles revalorisations tarifaires, y compris sur les MDD. Quel sera le degré de ruissellement de ces hausses jusqu’aux éleveurs - Le renouvellement des contrats liant éleveurs et transformateurs. Les discussions continuent d’achopper sur la définition des formules de calcul du prix du lait et la prise en compte des coûts de production des éleveurs.

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
Faux et menaces sur l’emploi, les rebondissements du cartel des jambons
Les rebondissements continuent dans l’affaire du cartel des jambons tant sur le plan judiciaire qu’économique. La Cooperl clame…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Publicité