Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

L’ergonomie : tout un concept !

L’ergonomie est l’étude scientifique des conditions de travail, et plus particulièrement des interfaces hommes-machines. Mais l’ergonomie ne se préoccupe pas seulement de l’adaptation des outils de travail aux dimensions corporelles. Elle s’intéresse aussi à l’organisation du travail ainsi qu’au contenu et à l’environnement du travail.

L’ergonomie est la discipline qui rassemble les connaissances sur le fonctionnement de l'homme en activité de travail, afin de l'appliquer à la conception des machines, des tâches, des outillages et des bâtiments.

 

Priorité au préventif

Ceci se fera de préférence en préventif, par exemple en réfléchissant à la meilleure conception d’un équipement pour faciliter sa future utilisation, ou bien en correctif pour aménager un poste de travail suite à une maladie professionnelle ou à un accident du travail.
Il est reconnu que les conditions de travail, dans la totalité de leurs composantes, ont un impact sur la santé de l’intervenant, bien évidemment lorsqu’elles posent des soucis de sécurité, mais aussi par l’apparition de TMS (troubles musculo-squelettiques). Ces troubles sont sources d’inconfort, de douleurs, d’arrêts de travail voire même d’une incapacité à réaliser la tâche.

 

travail en salle de traite

Des facteurs de risques multiples

Les facteurs de risques entraînant l’apparition de TMS sont nombreux et de plusieurs ordres. Dans les aspects bio-mécaniques, c’est le geste dans toutes ses composantes qui est considéré : sa fréquence, sa durée, son intensité et donc le niveau de sollicitation musculaire, la posture et la position dans laquelle est sollicité le corps et tout particulièrement l’articulation. Les effets combinés sont également étudiés (fréquents soulèvements d’une charge lourde au-dessus des épaules, par exemple).
L’équation personnelle regroupe des éléments en lien avec la sensibilité individuelle liée à des pré-dispositions génétiques, au sexe, à sa constitution physique, à une pathologie pré existante, à la latéralité.
Les facteurs psychosociaux concernent le stress, la pression mentale, le défaut d’organisation engendrant du stress, la complexité des procédures…. En effet, le stress a de multiples effets sur l’organisme : en plus d’augmenter le temps de récupération et la tension musculaire, il intervient sur la perception de la douleur et sur le système nerveux, en augmentant la sécrétion de diverses hormones provoquant des inflammations des tendons, œdèmes et syndromes canalaires. Son incidence sur le risque d’apparition des TMS est importante.
Les facteurs additionnels sont liés à l’environnement de travail, au bruit, à l’éclairage, aux vibrations, à la température. Des absences de rotation de postes ou la durée des cycles auront également un impact.

 

Les principes de líergonomie appliqués à la traite

Lorsque l’on applique les grands principes de l’ergonomie à la traite et aux tâches associées, on pourra noter l’importance des travaux à mener sur :
- la conception la plus aboutie possible des salles de traite, en réfléchissant à la hauteur des quais et leur adaptation à la taille des trayeurs, la pose des faisceaux en zone de confort, la hauteur des commandes et des consommables,
- la réduction du poids des griffes et l’amélioration de leur préhension,
- la conception la plus ergonomique possible des équipements associés pour limiter la fréquence des gestes et le port de charges (taxi-lait, dispositifs d’application des produits d’hygiène, transfert du lait écarté...),
- la meilleure conception des locaux pour assurer des déplacements en sécurité et les plus efficaces possibles, tout en les limitant,
- l’ambiance de traite par la réduction des bruits, la limitation des températures extrêmes, l’installation de dispositifs lumineux en lien avec la finesse de la tâche à réaliser,
- les temps de récupération par la rotation des trayeurs,
- l’organisation du travail par le bon enregistrement et le transfert des consignes aux autres intervenants et par la simplicité des procédures à mettre en place, réduisant ainsi le risque d’erreur.

Mais il existe aussi de très nombreux autres facteurs sur lesquels il n’est pas aisé d’agir comme la reconnaissance personnelle au sein de la structure et à l’extérieur, le sens de la tâche et du métier, l’équilibre vie personnelle, vie professionnelle…

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Dégâts de choucas : une nouvelle organisation dans les Côtes d’Armor
La population de cette espèce protégée augmente inexorablement depuis plus de dix ans dans le département. En 2019, la profession…
La filière méthanisation  sur une ligne de crête difficile
Plus de 1 300 unités de méthanisation seraient en projet, pour 900 actuellement en fonctionnement, selon le ministère de la…
Le Gaec des Chênes préfère  une gestion durable de ses haies
Avec un linéaire de dix-neuf kilomètres de haies, le bien-nommé Gaec des Chênes, à Plougonven (29) a mis en place, il y a des…
L'embauche de réfugiés : une expérience en cours en Centre Bretagne
Face à la pénurie de main d'œuvre dans les élevages de Centre Bretagne, des élus ont décidé, en fin d'année dernière, de lancer…
ASAP : nous ne serons pas les dindons de cette farce !

Acte 1 : début 2019, le Grand Débat National offre la possibilité aux citoyens d’exprimer leurs attentes en matière de…

Prix du porc : baisses en cascade, producteurs démoralisés
Les baisses s’enchaînent au Marché du porc breton pour la troisième semaine consécutive. Les producteurs de porcs craignent une…
Publicité