Aller au contenu principal

Trévarez dans le concret de la traite

Dans le cadre d’essais préalables à un éventuel remplacement de la salle de traite TPA 2x10 âgée de 25 ans, la station laitière de Trévarez conduit des tests d’équipements améliorant les conditions de travail à la traite et pour la réalisation des tâches associées.  

À Trévarez, les griffes actuelles pèsent 2,6 kg. Les nouveaux modèles testés font moins de 1,6 kg. Les marques proposent actuellement différents modèles (Delaval Evanza, GEA IQ Pro GQ, Boumatic Flo-Star Max, SAC Christensen Uniflow…).

Des griffes plus légères

Les nouveaux modèles de griffes de traite permettent de réduire le poids moyen des griffes d’au moins 1 kg. Attention, le poids constitue un élément important, certes, mais d’autres aspects sont à prendre en compte : forme, équilibre et facilité de préhension du bol, adaptabilité au type de branchement (arrière ou par le côté), mode de pose recommandé, compatibilité avec les plateaux de lavage, longueur, diamètre et matériaux des manchons, matériaux des gobelets, durée de vie des manchons, réglage éventuel du niveau de vide… Les essais préalables permettent de définir les critères de choix prioritaires.

 

Lait écarté, halte au port de charges

 travail en salle de traite

Depuis quelques années maintenant, et afin d’éviter le remplissage de la cuve du taxi-lait en versant les bidons de lait manuellement, la station s’est équipée d’un dispositif de transfert. Ce système relativement simple, installé par le personnel, est composé d’une pompe réversible pour liquides alimentaires. Elle est installée en poste fixe à proximité de la fosse de traite et est actionnée par un interrupteur situé dans la fosse. Le trayeur peut pomper le contenu des bidons pour le diriger vers le taxi-lait en attente dans la laiterie. En actionnant une simple vanne, le lait impropre est dirigé vers l’égout. Le lavage est assuré en pompant une quantité de solution chlorée (dans un sens ou dans l’autre).

 

Taxi-lait : partenariat avec la MSA

travail en salle de traite

Pour répondre à une demande de la MSA, il est prévu une évaluation de trois modèles de taxi-lait dans l’ensemble des conditions d’utilisation (remplissage avec du lait entier, préparation de lait en poudre, déplacement sur sol plat ou en pente, distribution en seau ou bac collectif, lavage). Ceci se fera, grâce aux salariés, avec plusieurs morphologies d’utilisateurs. Ces évaluations, prévues en 2020, seront réalisées en continu sur la phase de travail par la technologie de Motion Capture. Les scénarios testés seront choisis suite à des enquêtes "retours d’expériences" réalisés auprès des éleveurs laitiers équipés ou non de taxi-lait.

 

 

Évaluer les automatismes d’hygiène sur faisceaux trayeurs bovins

 travail en salle de traite

La traite des vaches laitières et le respect des pratiques d’hygiène sont fondamentaux pour un éleveur laitier, mais l’application individuelle d’une hygiène post-traite peut devenir physiquement éprouvante et, à la longue, source de TMS. Le projet QualHygAuto, financé par la Région Pays de la Loire et conduit par Thomas Huneau, de la ferme expérimentale de Derval (chambre d'agriculture de Loire Atlantique) et Jean-Louis Poulet, responsable de projet R&D Traite de l’Institut de l’élevage, vise à tester trois dispositifs automatiques de post-traitement des trayons et de désinfection des manchons trayeurs, directement intégrés aux faisceaux trayeurs.
L’efficacité de la désinfection manuelle des trayons post-traite est connue, mais des travaux de référence manquent lorsque le produit est directement injecté dans le manchon, avant son retrait. D’autre part, ce mode d’application, bien qu’il soit suivi de rinçage, interroge face au risque de présence de résidus dans le lait, dans certaines configurations d’utilisation. L’objectif est de vérifier la qualité d’application des produits et l’absence de résidus de produits pour les traites suivantes et dans le lait. Cela permettra d’apporter aux producteurs laitiers une expertise objective de ces équipements, dont la commercialisation s’accentue ces derniers mois. / Jean-Louis Poulet, Idele

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Les agriculteurs sous la loupe de l'Insee
Les chiffres agricoles de l'Insee confirment les impressions du terrain mais alertent sur la baisse du nombre d'agricultrices. En…
Publicité